C’est à l’issue du Conseil de défense écologique qui se tenait ce lundi matin à l’Elysée que la Ministre de la Transition écologique Barbara Pompili a annoncé de façon très officielle la création de deux nouveaux des Parcs naturels régionaux : le Parc du Ventoux et le Parc de la Baie de Somme Picardie maritime.

Dans le Ventoux, le Parc était attendu comme le Messie du moins par tous ceux et toutes celles qui avaient décidé de s’investir dans cette aventure commune, de mobiliser une énergie créatrice pour voir enfin aboutir le projet du Parc naturel régional du Mont-Ventoux. Depuis l’annonce faite par le président Emmanuel Macron en février dernier, on attendait surtout impatiemment, la signature du décret par le Premier ministre Edouard Philippe qui officialiserait enfin la naissance (aux forceps) de ce 9éme Parc de la région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur. C’est l’épilogue heureux d’un long processus engagé voici plus d’une douzaine d’années par le Syndicat mixte d’aménagement et d’équipement du mont Ventoux (SMAEMV) présidé par Alain Gabert, maire de Monieux.

Mener à bien cette aventure collective fut compliqué car, même si le projet était largement soutenu par le Département de Vaucluse, il fallut faire face à des vents souvent contraires dans un contexte politique pour le moins agité. Inutile de revenir sur les innombrables épisodes qui virent partisans et opposants faire feux de tous bois pour porter leurs vérités respectives sur la place publique. C’est l’alternance politique intervenue en 2017 au Conseil régional qui débloqua la situation et le mérite en revint au président Renaud Muselier qui mit les élus locaux devant leurs responsabilités. Il eut en outre la judicieuse idée de confier à Jacqueline Bouyac, conseillère régionale, déléguée aux parcs naturels régionaux, la délicate mission de tenter d’apaiser les antagonismes, de rapprocher les points de vue, de répondre aux attentes des uns et des autres pour sortir de l’impasse au-delà des stériles clivages politiciens. Enseignante et ancienne directrice d’école, Jacqueline Bouyac, sensible aux problèmes environnementaux, aura su – avec un art consommé de la diplomatie – faire preuve sur le terrain de pédagogie, de détermination et d’un bel enthousiasme pour boucler enfin le dossier et faire adopter le projet de Charte par les 35 communes incluses dans le périmètre du nouveau Parc qui ont souhaité participer à cette aventure.

C’est au début de l’automne que sera installée le nouveau conseil syndical du Parc qui aura la charge d’organiser l’inauguration officielle. La direction du Parc naturel régional du Mont-Ventoux a été confiée à Ken Reyna qui a, d’ailleurs, déjà ciblé quelques actions et élaboré un programme d’animations gratuites pour l’été : Les Rendez-vous du Parc.

                                                                                                 Jean-Louis Uhl

Le PNR du Mont-Ventoux en bref :

  • 35 communes du Vaucluse : Aubignan ▪ Aurel ▪ Bédoin ▪ Blauvac ▪ Brantes ▪ Caromb ▪ Carpentras ▪ Crestet ▪ Crillon-le-Brave ▪ Entrechaux ▪ Faucon ▪ Flassan ▪ Le Barroux ▪ Le Beaucet ▪ Malaucène ▪ Malemort-du-Comtat ▪ Mazan ▪ Méthamis ▪ Modène ▪ Monieux ▪ Mormoiron ▪ Pernes-les- Fontaines ▪ Puyméras ▪ Saint-Christol d’Albion ▪ Saint-Didier ▪ Saint-Hippolyte-le-Graveyron ▪ Saint-Léger-du-Ventoux ▪ Saint-Pierre-de-Vassols ▪ Saint-Trinit ▪ Sault ▪ Savoillans ▪ Vaison-la Romaine ▪ Velleron ▪ Venasque ▪ Villes-sur-Auzon
  • 5 collectivités membres : Région Sud-Provence-Alpes-Côte d’Azur, Département de Vaucluse, Communauté d’agglomération Ventoux Comtat-Venaissin, Communautés de communes Ventoux Sud et Vaison Ventoux.
  • 859 km2
  • 88 215 habitants
  • Point culminant : le Mont-Ventoux à 1909 m
  • 58 % espaces naturels / 33 % espaces agricoles / 9 % espaces urbains
  • Labellisé Réserve de Biosphère en 1990 par l’UNESCO

Qui pilote le Parc du Ventoux ?

Le Syndicat mixte d’aménagement et d’équipement du Mont-Ventoux disparaît au profit du Syndicat mixte de gestion du Parc du Mont-Ventoux dirigé par le Comité Syndical qui décide et vote les budgets et les programmes d’actions définis dans la Charte. Des commissions thématiques mixtes permettent de travailler spécifiquement sur des dossiers précis, de formuler des propositions. Elles sont ouvertes à des personnalités extérieures : responsables d’associations, experts, etc.

La Charte du Parc du Ventoux

Un Parc naturel régional est un projet concerté de développement durable dont les objectifs sont de protéger et valoriser le patrimoine naturel et culturel d’un territoire. Il n’a aucun pouvoir réglementaire. Le programme de conservation, d’étude et de développement du Parc est défini par sa Charte pour une durée de 15 ans. La Charte du Parc du Ventoux a été rédigée à la suite des rencontres avec près de 200 associations, communes, fédérations, entreprises, chambres consulaires et établissements publics.