Accueil / Actualités  / environnement  / Rhône Ventoux traque les fuites d’eau

Rhône Ventoux traque les fuites d’eau

À l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, le Syndicat Rhône Ventoux – qui assure la gestion du service de l’eau  potable de 35 communes – a tenu à présenter son dispositif pour détecter rapidement les fuites du réseau afin d’agir le plus vite possible. Depuis la fin d’année 2015, le syndicat s’est équipé de 40 nouveaux capteurs acoustiques permettant de pré-localiser les fuites invisibles. Répartis sur environ 20 km du réseau le plus fragile à Carpentras, ces détecteurs, placés à l’intérieur de bouches d’accès au réseau, transmettent via GSM les informations directement vers un logiciel d’analyse de ces données. Parmi les bruits ambiants liés à l’activité humaine sur la route, le son d’une fuite d’eau est immédiatement identifié et le personnel intervient, avec d’autres outils permettant de repérer précisément le lieu de la fuite et d’intervenir rapidement. Les canalisations qui bénéficient de cette technique plutôt onéreuse (environ 50 000 euros pour les 40 premiers capteurs), doivent être métalliques pour utiliser les propriétés de propagation du son. Et il s’agit aussi de celles qui sont réputées les plus fragiles, car ayant connu des « casses répétées ». En fait ces anciennes canalisations devront être changées prochainement ; en attendant, il est important de réagir vite aux fuites afin de minimiser les pertes d’eau.
Pour surveiller ses 1624 km de réseau de distribution d’eau potable, le syndicat dispose d’autres techniques, qu’elles soient acoustiques ou utilisent l’injection de gaz traceur.
En 2015, sur 807 km de réseau inspectés, les 4 techniciens spécialisés ont détecté et réparé 205 fuites invisibles.

Photos
– En présence du vice-président du syndicat André Aiello, Sébastien Peytavi, responsable d’exploitation, Eric Fabregoule, chercheur de fuites et Jean-Luc Falanga responsable du service performance réseau ont présenté une démonstration du fonctionnement de ces nouveaux capteurs.

Evaluation de l'article
PAS DE COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE