Accueil / Actualités  / à la Une  / Parc du Ventoux : Le président de la région PACA incite les élus locaux à trouver l’indispensable compromis

Parc du Ventoux : Le président de la région PACA incite les élus locaux à trouver l’indispensable compromis

Les conclusions du médiateur, Michel Sappin, plaident clairement pour la création d’un « Parc d’une nouvelle génération ». Plus « light » dans sa conception, sa gestion, sa gouvernance. Et surtout moins budgétivore avec des financements qui impliqueraient un effort de tous les territoires. Lors d’une réunion qui a eu lieu ce lundi 6 novembre dans les bureaux de la Région PACA, le président Renaud Muselier, a demandé à une représentation d’élus concernés par « le cœur du projet » d’œuvrer désormais en bonne intelligence pour sortir de l’impasse et finaliser la naissance du PNR du Ventoux. Selon lui, la situation n’a que trop duré.

Pour cette rencontre qui avait pour objet « un dialogue franc et direct sur le projet » – comme l’avait aussitôt précisé sur sa page Facebook le député Julien Aubert – avaient été invités deux autres élues de la Région, Jacqueline Bouyac, Bénédicte Martin, et quelques maires directement concernés par « le cœur du projet de parc tel que défini par le médiateur », à savoir les maires de Brantes, Savoillans, Saint-Léger-du Ventoux, Beaumont-du-Ventoux, Bédoin, Malaucène, élus ruraux dont les avis divergent ô combien sur le sujet. Au cours de cette table ronde qui a duré trois tours d’horloge le président Muselier a proposé une démarche de compromis, option sur laquelle les maires sembleraient vouloir accepter de travailler ensemble. Ils auront jusqu’à la fin de cette l’année 2017 pour faire connaître leurs positions respectives afin que l’on poursuive (avec ou sans eux) le processus amorcé, avec l’élaboration définitive de la (fameuse) charte.

Le président de la Région a affirmé qu’il ne souhaitait pas « passer en force » un projet au vu de la cartographie actuelle du Parc qui présente une évidente incohérence territoriale. Il a donc insisté, tel un pédagogue pour dire qu’il fallait absolument débloquer la situation par un compromis juste et équitable pour tous. Et pour encore mieux se faire comprendre il a évoqué devant ses hôtes l’époque où alors premier adjoint du maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, il s’était fermement opposé au projet du parc national des Calanques. « Aujourd’hui je voterai des deux mains, vous savez il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis »… Aux maires de porter désormais la bonne parole auprès de leurs conseils municipaux.

Jean-Louis UHL


Dans un communiqué du jeudi 9 novembre, Julien Aubert, conseiller régional précise:


« Lundi 6 novembre, à la demande des Conseillers régionaux de sa majorité, Julien Aubert, Jacqueline Bouyac et Bénédicte Martin,  le Président de la Région Renaud Muselier a rencontré six maires concernés au premier chef par le projet de Parc Naturel Régional du Ventoux, afin de leur présenter les propositions du médiateur de la Région. 
Au cours d’une réunion de près de deux heures, très appréciée des élus présents, Renaud Muselier a clairement expliqué qu’il ne souhaitait pas abandonner le projet, mais qu’il respecterait son programme électoral de 2015, à savoir qu’il ne passerait pas en force par rapport à la volonté des Maires hostiles au projet initial de Parc Naturel Régional qui ne respectait pas leur identité et leur position géographique très spécifique.
Dans cette perspective, Julien Aubert se rangera derrière les décisions prises par les Maires des communes les plus concernées et les soutiendra. Ceux-ci acceptent de participer à des rencontres ou leur avis sera enfin pris en compte, leurs arguments étudiés de manière objective et leur parole respectée, loin de tout sectarisme partisan ou politique.
Tout en réservant son avis quant à l’issue du processus, qui dépendra du détail du plan proposé par la Région qui sera discuté prochainement par les huit communes cœur de parc concernées, Julien Aubert se félicite que la recherche du consensus soit au cœur de la démarche actuelle. En effet, dans le processus tel qu’il est conçu seuls les Maires peuvent décider de faire ou de défaire ce projet, dont le périmètre, la gouvernance et l’opportunité, lui semblent toujours à débattre. 
Renaud Muselier viendra en Vaucluse à l’issue de ce travail collectif rouvert avec les Maires concernés afin de présenter un éventuel nouveau projet de Parc qui prendra en considération les attentes des Maires des communes du cœur du Mont Ventoux. »

Evaluation de l'article
PAS DE COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE