Accueil / Actualités  / à la Une  / Parc du Ventoux : Le « Oui…mais » de la Région !

Parc du Ventoux : Le « Oui…mais » de la Région !

Parc du Ventoux, prochainement le président de la région PACA Renaud Muselier va faire connaître publiquement les conclusions du rapport rédigé par le médiateur Michel Sappin. Un « feu vert » assorti d’une série de préconisations à mettre impérativement en œuvre pour un parc « d’une nouvelle génération » en terre vauclusienne. Épilogue pour un projet de territoire qui lambine depuis plus d’une décennie…

 

Il faut donner du temps au temps…comme se plaisait à le rappeler autrefois François Mitterrand. Certes, mais le projet du (futur) Parc naturel régional du Ventoux aura « dépassé les bornes » en lambinant laborieusement pendant une quinzaine d’années englué dans une opposition frontale entre partisans et opposants du « canal historique » comme s’est lui-même toujours défini le maire de Malaucène, Dominique Bodon. Au fil des ans, le Syndicat Mixte d’Aménagement et d’Équipement du Mont Ventoux, pilote du dossier, a mené une politique de concertation pour tenter avec difficulté de trouver un terrain d’entente entre élus et acteurs économiques du territoire. Un vrai chemin de croix sur les contreforts du Géant de Provence car la politique politicienne, clivage Droite-Gauche, n’arrangeait rien à l’affaire pour trouver un juste compromis.

Mission accomplie pour le médiateur…

Au cours des années 2000 le Conseil général de Vaucluse présidé par le sénateur socialiste Claude Haut et le Conseil régional dirigé par Michel Vauzelle apportaient leur soutien à la mise en œuvre du projet cher au président du SMAEMV, Alain Gabert, maire de Monieux. Mais après l’alternance politique intervenue en 2015 à la tête des hémicycles d’Avignon et de Marseille, les présidents des deux collectivités territoriales, Maurice Chabert et Christian Estrosi, ne manifestent par le même empressement à voir enfin le projet aboutir. D’autant que l’un des vice-présidents de la Région, le député (L.R) Julien Aubert affiche haut et fort son hostilité à la création d’un nouveau PNR en Provence. Appelés à se prononcer sur la poursuite ou l’abandon du projet les élus des communes concernées votent majoritairement en faveur du Parc du Ventoux. Malgré le résultat du scrutin, la Région décide de geler le dossier mais le président Estrosi confiera en début d’année 2017 une mission de médiation à l’ancien préfet de la région PACA, Michel Sappin. L’ancien haut fonctionnaire prendra son bâton de pèlerin pour mener à bien une longue série de consultations afin de trouver une issue heureuse au blocage. « J’ai bon espoir d’arriver à un résultat car malgré les fortes oppositions on perçoit véritablement une attente et, de surcroit, il y a des atouts forts pour la réalisation du Parc du Ventoux » nous avait confié au printemps le médiateur. Voici déjà quelques semaines que Michel Sappin a rendu officiellement son rapport au (nouveau) président de la Région Renaud Muselier. Il appartiendra à celui-ci de révéler fin septembre le contenu de ce rapport et les orientations préconisées au cours d’une réunion publique sans doute organisée en soirée à Carpentras. A cette occasion tant attendue la Région, principal partenaire financier, pourrait donner le « feu vert » au Parc du Ventoux, Parc d’une nouvelle génération, à la configuration plus légère au regard de l’environnement économique actuel. Il faudra également mettre en œuvre les préconisations stipulées dans cet audit et portant à la fois sur le contenu de la charte, les aspects budgétaires et la gouvernance du futur parc. Le médiateur aura donc parfaitement réussi cette « mission de la dernière chance » que nous évoquions dans la précédente édition de Ventoux Magazine. Une chose est certaine aujourd’hui partisans et adversaires du parc ont accepté, les uns et les autres, de mettre de l’eau dans leur vin…au pays des AOC Ventoux. Le dossier du PNR sera ensuite évoqué par l’Assemblée régionale lors de la réunion du 20 octobre prévue dans la capitale phocéenne.

                                                      Jean-Louis Uhl

Evaluation de l'article
PAS DE COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE