Accueil / Actualités  / société  / Disparition de l’artiste Marceau Constantin

Disparition de l’artiste Marceau Constantin

Constantinweb

Marceau Constantin, un grand nom du monde des arts, vient de s’éteindre dans son village natal de Saint-Christol-d’Albion, à la veille de ses 99 ans.

Né en janvier 1918 dans la boulangerie familiale de Saint-Christol-d’Albion, d’une santé précaire, il perdit tôt ses parents et fut éduqué par son frère Kléber et sa sœur Fernande. Montrant très jeune une aptitude innée pour le dessin, il rencontra des artistes régionaux de renom, Eugène Martel et les frères Ambrogiani, qui l’encouragèrent. Établi à Paris, il prit des cours auprès des plus grands et élabora le style de peinture qui lui valut sa reconnaissance en tant qu’artiste professionnel dès 1965, portraits paysages ou natures mortes très graphiques où se mêle subtilement une géométrisation basée sur le nombre d’or. Il fut copiste au musée du Louvre, obtint de nombreux titres honorifiques, et prix nationaux ou internationaux. Il était particulièrement fier d’avoir été nommé « Citoyen d’honneur » de la Nouvelle Orléans et des États de Géorgie et du Texas aux Etats-Unis, ainsi que d’avoir une de ses œuvres exposée dans la collection privée de la Maison Blanche, « Notre Dame de Paris », acquise par Bill Clinton. Marceau Constantin était un Maître, un très grand peintre également illustrateur, céramiste et sculpteur. Il a beaucoup exposé, en France, en Europe, au Brésil, Japon…En 1981, il s’était retiré à Saint-Christol avec sa compagne. Depuis 2009 et l’ouverture du musée Marceau Constantin*, il était souvent présent pour guider les visiteurs au fil de sept décennies de travail, expliquant ses nombreuses techniques, peinture, dessin, encre, gouache, inclusion, céramique d’art recouverte d’or, sérigraphie, illustration, avec une simplicité et une gentillesse inoubliables.
                                                                                                     Anne Di Natale

 *Retrouvez notre reportage sur le musée Constantin dans le Ventoux Magazine n°22

Evaluation de l'article
PAS DE COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE